L'écart entre mes mots

13/10/2019

La montagne avoue sa porcelaine.

Lumière sans âge.

Le poinçon. L'araire. les ciseaux. L'aveugle du burin.

Le sillon ne cesse sur elle.

Sans rien. Sans atteindre. Sans mille.

 

C'est le spectacle.

La charge des crêtes fait mon corps.

 

Mais ce n'est plus le spectacle.

Le temps s'y retrouve par le dessous.

 

Au mensonge du pierrier, la marche de mes dents.

Au fil de mon nerf, le ruisseau et son double de vide.

A la main des monts, la rage du foie.

Au passage à pied, l'agacement des lobes.

Au tout et rien des tertres, des pavillons, des strates et des cavernes - le cul du mur des os, la ronde oublieuse du sang, la salive lâche, le coeur du reptile qui bat million.

 

c'est la plante qui est le siège des renaissances.

 

Tu sais peut-être où elle est.

Moi je ne sais.

J'ai du mal à me voir et me réduire.

Je deviens trop vaste et minutieux et inéluctable.

 

C'est ainsi avec l'âge.

 

Par la toute fin, je n'ai plus qu'à souhaiter qu'il existe un écart entre mes mots.

 

Ce souffle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

21/5/2020

21/5/2020

26/2/2020

1/1/2020

30/10/2019

Please reload