Au cycle

08/09/2019

 

 

 

 

 

Attendre les nouveaux frais.

Attendre la décision. Sa pointe. Sa feuille.

Attendre la précision du quinze.

 

Puis du jour aux jours . C'est le corps qui déroule l'esprit de l'habitacle.

C'est le corps à la réclame.

C'est le corps qui s'absente et devient le vieil acte du théâtre terrestre.

 

 

 

Serpenter. Rouler vers la retourne de la montagne. Une heure. Dans l'habitude à la surprise. Compter les bornes, les villages à vaches implantées. Les roches coussinets. Les ciels lavés des mélanges. l'herbe oubliée.

 

Puis le panneau des années cinquante.

 

A la pente au salut, se déplisser.

 

Plus de pare-brise.

 

C'est là.

 

 

 

 

 

J'atteins le son du debout.

 

Je suis au bord de mon oeil et je regarde son fond sans sonde.

 

Les truites invisibles.

 

Les hommes en bleux reviennent. Ceux qui savaient faire le tour dans la science des étapes.

 

La taille du silence.

 

Peut-être ce fil des oiseaux qui partent.

 

L'agent argent qui me répète.

 

L'enfance humaine du volcan.

 

 

 

 

 

C'est l'autre lumière qui achève le rituel.

Je n'ai rien perdu.

Et je n'ai plus qu'à en repartir.

 

Au cycle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

21/5/2020

21/5/2020

26/2/2020

1/1/2020

30/10/2019

Please reload