Pas rien

14/03/2019

J'ai la tête à l'angle.

Les ombres me lassent.

Je les parcours mouchoir à la main.

Ce remugle qui fait que je prends et que je me jauge et qui me tue et je dois tuer avant que ne.

La corrida n'est pas dans tes mains.

Elle est mon spectacle aux yeux fermés.

 

On est tous des enfants insuffisants.

 

Je vois tes mains dans le soleil.

Elles respirent.

Elles parfument le printemps.

 

La lumière me tient.

 

Et bien au-delà du passé qu'elles contiennent, tes mains sont aussi une enfance de notre Nous qui perdure.

 

C'est beau non ?

 

A mon âge je peux le voir. Je  peux me voir en tes doigts.

 

C'est pas rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

21/5/2020

21/5/2020

26/2/2020

1/1/2020

30/10/2019

Please reload